AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Camael .:Étoile du Caméléon:.

Aller en bas 
AuteurMessage
Camael
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 14
Âge du perso : 21 ans
Date d'inscription : 04/02/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Caméléon
* Pouvoir Astral *: Métamorphose
Particularité:

MessageSujet: Camael .:Étoile du Caméléon:.   17.01.08 18:16

Nom: Heïl
Prénom: Camael
Surnom: Cam, cami
Age: 21 ans
Date de naissance: 13 Décembre 240
Statut: Roturier
Métier: Sîn à temps plein
Lieu de naissance: Ville Basse
Lieu de résidence: Parfois un petit appartement dans les immeubles, souvent le hagard
Lieu de travail: Là où il y a complot, sabotage, vol…

~¤~


Emplacement de la Marque: Sur la tempe
Constellation protectrice: Caméléon
Pouvoir Astral: La métamorphose

D’abord, cela consiste en une capacité à se fondre dans le décor, en un mot : disparaître. Toutefois ce pouvoir ne s’étend que sur un court laps de temps puisque cela lui demande une grande concentration d’énergie physique comme mentale. Ensuite, possibilité de modifier la couleur de ses cheveux et de ses yeux, qu’il maîtrise parfaitement mais qui s’avère totalement inutile en combat. Cependant, il lui arrive encore de perde le contrôle sous le coup d’un sentiment violent. Camael débute l’acquisition des ramifications de son pouvoir, soit de revête l’apparence d’un autre. Malheureusement, non seulement ce don provoque une angoissante confusion dans son esprit, mais il ne parvient pas encore à conserver un état stable au-delà d’une minute. Comme lors des premières manifestations de son don, cette branche de sa magie échappe parfois à son contrôle.

~¤~


Caractère: Camael. Souriant, optimiste, humoristique et pourtant si indéchiffrable. Celui que tout le monde connait sans vraiment de profondeur, celui dont on ignore tout. Puis lorsque des regards intrigués se posent sur toi, tu souris toujours, indéniablement, de cette manière qui te pousse à fermer les yeux. Alors, les gens ont leur réponse et tu demeures «le gentil garçon», sans plus. Mais le fait qu’aucune âme ne soit attachée à toi ne semble pas t’importuner pour le moindre du monde. Au contraire, tu te complais dans cette situation de perpétuelle indifférence, dissipée derrière cette expression joyeuse qui te déchire le visage. Même que tu affubles tes compagnons de surnoms débiles –que d’autres considèrent de mignons-, creusant davantage ce fossé qui s’interpose entre eux et toi. Après tout, qui s’inquièterait pour un énergumène aussi dynamique et frivole? Personne, assurément, car tous s’arrêtent au sourire. Peut-être qu’ils s’en foutent au fond, que ton rire sonne faux et que tes yeux pleurent au dessus de tes lèvres imprégnées de mensonges, mais toi, tu te dis «tant mieux». Tu fuis les relations comme la peste et quand le besoin d’amour se fait trop oppressant, tu sais parfaitement comment y remédier. Une nuit, une aventure et oh grand jamais de lendemain, la seule pensée d’autoriser un individu à une telle proximité te donnerait des vertiges. S’ils s’accrochent trop, tu disparais. S’ils se fâchent, tu n’offres aucune résistance. L’opinion des autres a autant d’impact sur toi qu’une poussière sur une montagne, mais les sentiments demeurent ta seule hantise. Donc, tu veilles à ne laisser personne s’attacher à toi et tu souris. N’as-tu jamais songé à t’isoler complètement et vivre en solitaire? Non, parce que ton problème, Camael, n’est nul autre que ta gentillesse. Tu agis dans l’ombre afin d’aider les autres, et même parfois directement lorsque tu n’as pas d’autres alternatives. Souvent, tes tentatives d’épuises et ne servent qu’à nourrir cette spirale de destruction dont tu te trouves prisonnier. Mais de cela tu t’en moques éperdument, comme tout le reste d’ailleurs.

Certes, ton petit jeu est fort bien élaboré, cher petit Sîn, soutenu par des années de pratique. Cependant, il y a ces têtes fortes qui voient clair à travers toi et ton hypocrisie et qui tentent de te briser. Têtu comme tu es, tu ne leur fournis jamais de failles pour s’infiltrer jusqu’à ton cœur, car tu sais pertinemment qu’il suffit d’un seul coup d’œil pour lire à travers tes yeux la douleur de ton âme. Alors, à ceux-là, tu offres la plus euphorique des prestations. Souriant à t’en faire mal, dénichant des surnoms tordus et des blagues agaçantes. Plusieurs en sont venus à te détester, plusieurs ont réussis à te blesser malgré ta carapace de menteries, mais de cela tu t’en fous, ce qui les enrage plus encore. Que caches-tu avec tant d’acharnement, Camael? Quel est ce secret qui t’a conduit à agir avec autant de désinvolture vis-à-vis toi-même? Toi, tu es libre parce que l’occasion s’est présentée, tu es libre parce qu’ils ne t’ont pas encore attrapé. Tu te négliges dans l’espoir de t’oublier, ainsi, ça te blesserait moins de devenir quelqu’un d’autre. Ici, je réfère à ton pouvoir, celui que tu méprises avec acharnement. Celui qui te prends tout sans rien t’apporter, qui vole les visages des autres et te rappelle à quel point tu es méprisable. Parfois, il rend ton cerveau si brouillon que tu ne te souviens même plus de ton prénom. Ces moments angoissants, tu aimerais tellement les éviter d’un sourire comme tu évites les gens…

Mis à part ce qui te concerne, tu possèdes un bon jugement. Tu es quelqu’un d’intelligent, Camael, même si tu agis souvent en parfait imbécile. Tu réfléchis beaucoup, voir même trop, et il n’est pas rare de te trouver égaré dans un coin de ton esprit. Parfois lunatique, souvent rêveur. D’ailleurs, tu apprécies davantage la nuit au jour. Parce que ton sommeil te propose des mondes meilleurs. Parce qu’il te permet de te reposer de ton masque et de cesser de sourire.

Même si tu t’avères un véritable spécialiste en la matière, il y a des choses contre lesquelles tu ne sais pas mentir. De ce fait, certaines facettes de ta personnalité surpassent ta volonté de les étouffer et transparaissent dans ta comédie quotidienne. Comme relevé plus haut, tu es têtu, voir borné. Quand une idée s’implante dans ton crâne, aucun moyen de l’en déraciner, d’où la grande difficulté à te convaincre d’abandonner tes faux-semblants. Sinon, il reste ton petit caractère. Tes colères sont rares, relativement courtes, mais d’une intensité assez effrayante. En effet, elles sont d’une violence telle qu’elles surpassent de loin toutes les prédictions passées et future des prophètes apocalyptiques. Déjà, tu ne mâches pas tes mots, mais tu as également cette manie si irritable de choisir avec une admirable exactitude ceux qui font le plus mal.

Tu ne l’admettras jamais, mais les Sîns occupent la place d’une famille en ton cœur. Un endroit que tu chéris depuis longtemps, imprégné de souvenirs d’une époque révolue. Et tu protèges ce clan avec ferveur, participant à d’innombrables complots sans jamais te soucier des dangers. Advienne que pourra, comme tu le dis si bien. Si la milice devait un jour te capturer, tu ne résisterais pas. Non, lentement, tu sourirais.

Physique: Individu fort intriguant qu’est Camael, il ne possède ni les courbes prononcées d’une femme, ni la rudesse propre à la masculinité, se contentant d’un corps d’un genre incertain. Des épaules toutes aussi menues que ses hanches, une silhouette toute aussi fluide que sa chevelure dansante. D’un physique en effet légèrement efféminé, sa manière de bouger, ses mimiques ainsi que le ton doucereux de sa voix ne virilisent en rien son apparence. Doté d’un timbre particulier, celui-ci résume bien l’ensemble de son corps par son androgénie : pas assez grave pour être qualifié de masculin, ni trop aiguë pour se classer féminin. Il semble façonné de sorte qu’il soit plus aisé pour lui de changer de forme, que ce soit pour revête l’apparence d’une damoiselle ou d’un vieillard.
Son visage aux traits fins est constamment animé d’un sourire. Sourire rieur, sourire malicieux, sourire niais, sourire charmeur. Tous maîtrisé, tous irrésistibles. Rares sont les moments où ses lèvres délicates n’offrent pas cette expression rayonnante capable de faire fondre tous les doutes quant à sa véracité.
C’est de manière ordonnée mais inégale que des mèches encadrent doucement sa figure et cascadent dans son dos. Cette chevelure dont la couleur évoluait autrefois selon son moral demeure aujourd’hui d’une étonnante couleur rouge, parfois agitée de soubresaut émotif qui la tourne au noir, au blond, au bleu et cætera. Chose devenue relativement occasionnelle compte tenue du contrôle de l’étoile sur les bases de son pouvoir.
Ce qui confère à Camael un parfum de paradoxe se sont ses yeux. Juste au dessue de sa bouche constamment fendue par un mouvement forcé se retrouvent ces portes closent incapables de contenir tout le déchirement qui se cache derrière. Des pupilles pourvues du même don incroyable de modifier leur apparence, sans pourtant parvenir par celui-ci à dissimuler leur chagrin. Un regard éthéré, noyé par des larmes qui refusent de couler depuis trop longtemps, fixé sur un ton bleu foncé, presque noir, comme si la couleurs se fanait petit à petit à travers lui. Si tout ce que les miroirs de son âme sont capable de refléter s’avère le désespoir, il leur arrive parfois de s’abandonner aux songes et ainsi devenir rêveur.
Puisqu’il est étoile, une marque se retrouve sur sa tempe gauche. Si celle-ci ne se trouve pas dissimulée sous des cheveux volontairement placé à cette fin, Camael la recouvre d’un bandeau, pièce de tissu devenue partie intégrante de son habillement. Le garçon préfère les vêtements moulants qui suivent ses mouvements à des morceaux amples qui leur nuisent. Démontrant une légère attirance vers le noir, celui-ci teinte une majeure partie des quelques morceaux constituants sa garde-robe.
Malgré son apparence élancée, Camael ne dépasse pas bien des têtes. D’une taille plutôt moyenne, il renvoie davantage l’image d’un adolescent que celle d’un jeune adulte. Cette délicatesse qui lui est propre inspire une fragilité qui n’existe pas chez lui, ce qui d’ailleurs, surprend bien des adversaires. Sîn pratiquement depuis l’enfance, le jeune homme maîtrise relativement bien l’art du combat, optant toutefois pour une méthode plus défensive qu’offensive. Il ne se désistera pas pour autant d’une confrontation, mais préfèrera toujours l’éviter.

Signe particulier: Son attitude frivole? Non, ce qui reste le plus particulier et certes, le plus curieux chez Camael sont ses brusques et inconstants, mais rares changement d’apparence.

[Histoire à venir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-des-personnages-f4/camael
Kaliel Mearas
.:: The Little White Bird ::.

.:: The Little White Bird ::.
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 33
Âge du perso : 17 ans (en 267)
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: ¤ Columba, Columbae ¤
* Pouvoir Astral *: Lévitation
Particularité: Jeune utopiste

MessageSujet: Re: Camael .:Étoile du Caméléon:.   24.08.09 9:28

Bon alors, qu'en est-il de cette histoire qu'on attend depuis siiii longtemps ?

_________________
"Du chaos naît une étoile."
Charlie Chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/t185-pigeon-celeste
 
Camael .:Étoile du Caméléon:.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» Ssélisse, née d'un camélia sanglant
» Yosei, l'étoile du matin
» Boule de poil sur la toile
» Poussière d'Étoile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Enuma Elish ::.

 :: .: Fiches des Personnages :.
-
Sauter vers: