AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Selah Osterweil

Aller en bas 
AuteurMessage
Selah Osterweil
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 36
Âge du perso : 20 ans
Date d'inscription : 15/07/2009

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité:

MessageSujet: Selah Osterweil   16.07.09 23:00

Nom: Osterweil
Prénom: Selah
Surnom: Sarah (Princesse en hébreux. Une seule personne l’appelle ainsi.)
Age: 20 ans
Date de naissance: 9 octobre de l’an 241
Statut: Noble
Métier: Musicienne à loisir.
Lieu de naissance: Le Duché
Lieu de résidence: A Tsel, dans un hangar désaffecté, dans la ville basse.
Lieu de travail: /


*

Caractère:

Douce demoiselle. Selah pourrait presque faire figure de sainte. Juste presque. C’est un être vivant comme tant d’autres, avec ses défauts et ses qualités, avec ses forces et ses faiblesses. Elle a plutôt tendance à se considérer comme faible, elle qui a toujours été incapable de prendre des risques sans avoir son frère pour soutien. Un ange au cœur pur, presque trop pour un monde de perversion. Sans doute était-elle encore plus naïve par le passé, à croire qu’il existait en toute être un fond de bonté. Elle n’a jamais pu se résoudre à croire pleinement au mal. Pour elle, le monde est fait de nuances de gris, et elle se plait à admirer les teintes clairs et à oublier la part sombre.

Les années ont un peu changé tout ça. En grandissant, sous l’ombre d’une malédiction, elle connu d’abord la peur, puis le déni. Une histoire pour cacher une monstruosité purement terrestre, tout simplement. Elle a longtemps douté de la véracité des faits. Elle est comme ça, Selah. Elle place souvent le doute à présent. Rien n’est sûr. Et si elle se plait à voir les bons côtés encore aujourd’hui, c’est surtout pour ne pas se laisser ronger par les mauvaises choses.

Peut-être est-elle un peu trop émotive, trop sensible. C’est une artiste, qui ne partage pas souvent ses pensées, mais s’offre corps et âme à travers la musique. Son instrument de prédilection restera à jamais ce violoncelle qu’elle enlace, qu’elle fait chanter, parfois dans la tendresse et parfois dans une mélancolie déchirante. En apparence, elle reste douce et fragile, à tel point que l’on penserait à tort trop facilement heurter sa sensibilité. Elle peut être blessée. C’est un être blessé. Mais elle ne peut se résoudre à faire du mal aux autres sans en éprouver de douloureux remords.

Aujourd’hui, elle est piégée, entre l’amour innocent et débordant qu’elle porte à son frère et cette certitude qu’il ne pourra sans doute jamais ouvrir son cœur à la vérité.
Selah est une personne honnête, incapable de mentir. Cependant, elle peut cacher la vérité, d’un changement de sujet, d’un détournement du regard. Elle ne parlera pas si elle veut cacher quelque chose. Et si elle tente de mentir, ses yeux la trahiront nécessairement.
Elle vit sans doute un peu trop avec ses regrets. Et même si elle semble s’émerveiller d’un rien, il suffit de la surprendre seule pour saisir sur ses traits l’étendue de sa peine. Malgré tout, elle préfère croire et lutter à présent, pour son frère, et pour elle. Puisse-t-il un jour comprendre…



Physique:

Délicate poupée de porcelaine. A la voir immobile, simplement assise, on se croirait devant la vitrine d’un artiste aussi talentueux que perfectionniste. A n’en point douter, Selah à tout de ces jolis objets qui émerveillent et que l’on voudrait garder jalousement dans un coin. Mais ce n’est pas un objet.

Dans ses mouvements, son statut transparaît. Les bonnes manières font partie intégrante de l’éducation de tout enfant de la noblesse. Et Selah en est un parfait reflet, tant dans sa gestuelle délicate que ses sourires aussi mesurés que troublants. Toute son enfance a été encadrée par des conseils, des leçons sur ce qui se faisait et ne se faisait pas. Une éducation stricte où l’apparence se doit de prendre le pas sur l’âme. Quand bien même cette notion d’étouffement lui déplait, elle en a conservé les stigmates dans ses mots, sa démarche, sa façon d’accorder ses vêtements, de s’adresser aux gens.

Mais ce n’est sans doute pas ce qui conforte Selah dans cette apparence de poupée. Sa silhouette semble rendue plus frêle encore par son mètre soixante-dix. Son teint diaphane accentue le phénomène, un teint clair et velouté, parfois parfumé. Ses membres sont fins et gracieux, trahissant une constitution relativement fragile. De longues jambes s’achèvent sur des hanches aux courbes accentuées par un fessier charmant que l’on devine à peine sous une jupe élégante, et une taille si fine qu’on pourrait aisément penser la casser en deux d’un simple mouvement un peu trop brusque. Sa poitrine offre une courbe appétissante, surmonté d’un cou gracile accentuant un port altier.

Ses traits sont en parfait accord avec son physique. Le relief d’un nez fin surmonte des lèvres pulpeuses qui semblent offrir ses sourires à presque tous. Parfois tendres, parfois mélancoliques, ils s’adaptent à ses émotions. Des sourcils fins, d’un noir d’encre, surplombent ses yeux. De grands yeux d’un bleu clair, en parfait reflet de ceux de son frère. Parfois, ils vous sembleront presque trop expressifs, comme si, à l’inverse d’une parole, eux ne pouvaient dire que la vérité. De longs cils ombragent son regard, facilitant la fuite quand elle baisse les yeux. L’ensemble de son visage est encadré par une cascade de cheveux soyeux, chutant en de larges boucles jusqu’au milieu de son dos. Leur teinte est d’un noir profond, accentuant la clarté de sa peau, et faisant ressortir son regard.
Une très jolie poupée de porcelaine.



Signe particulier: Elle possède les pouvoirs d’Andréa, à très faible puissance cependant.
Andréa a écrit:
Pouvoir Astral: La Balance. Symbole d’équilibre. Un équilibre parfait qui réconcilie les contraires, le juste milieu entre les opposés. Entre Ombre et Lumière. A chaque individu sa part d’ombre, et sa part de lumière. Cette dualité qui se joue en chaque être, reflet du ciel où le jour autrefois succédait à la nuit. Andréa est un être double, tout en lui reprend la dualité et l’opposition, jusque dans son pouvoir même. Maître de l’ombre et de la lumière, il joue de ceux-ci pour se défendre ou attaquer.
Il est capable de donner forme et consistance à l’ombre, que ce soit pour en faire des armes ou des soldats aux apparences variés. Il est capable également d’absorber la moindre once de Lumière et de plonger la zone choisie dans une obscurité totale où nul n’est capable de voir. De la lumière il se fait un bouclier solide. Il peut également rendre aveugle ses ennemis par de violent flash de lumière aveuglante.
De son pouvoir il maîtrise désormais toutes les ramifications et il est capable de s’en servir presque sans y penser, comme si cela lui était tout à fait naturel, et malgré la puissance de ses dons.


Dernière édition par Selah Osterweil le 22.07.09 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-valides-f5/selah-osterwei
Selah Osterweil
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 36
Âge du perso : 20 ans
Date d'inscription : 15/07/2009

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité:

MessageSujet: Re: Selah Osterweil   16.07.09 23:13

Histoire:

« Tout débuta il y a plus de deux siècles, avec cette horrible malédiction… »

Cette histoire, Selah avait cinq ans la première fois où elle l’a entendue. Un conte malsain, qui faisait froid dans le dos. A cet âge, où l’enfance est encore trop présente, on voit le mal sans en comprendre les subtilités. Il fallu qu’elle grandisse un peu pour saisir tout ce qui se cachait derrière cette histoire de vieux démons.
Y a-t-elle cru ? Comme tous les jeunes de la famille Osterweil, sans doute. Puis en grandissant, ce qui était une légende, devint une fable. De la malédiction, Selah cru en un sombre secret voilé de peur pour mieux faire passer un inceste aussi irraisonné que mal justifié. Peut-être certains nobles croyaient que les leurs ne devaient pas mêler leur sang à des inconnus…
L’histoire fut négligée. Après tout, elle avait Isaïa, son cher petit frère. Un petit ange qui était venu illuminer son quotidien. D’enfant seule, elle devint sœur aînée et la fillette qu’elle était alors prit avec beaucoup de sérieux ce nouveau rôle qui lui incombait. Seulement les années allaient peu à peu inverser les rôles. Là où Selah se montrait douce et naïve, Isaïa se montrait fort et déterminé. De constitution fragile, elle fut souvent victime des petits tracas qui se profilaient pendant la croissance. Quelques maladies récurrentes, quelques faiblesses, une certaine fragilité, mais elle avait toujours son petit frère à ses côtés pour veiller sur elle. Malgré ses trois ans de plus, Selah devint la protégée.
Ce qui ne déplaisait pas nécessairement à la famille. Ce sont les hommes qui établissent les règles, qui veillent sur les leurs. Leur relation n’avait absolument rien de surprenant au regard des autres. Leurs parents pouvaient même être fiers d’eux. Isaïa, brillant garçon, se révélait être un artiste fascinant quand il jouait du pinceau, sous le regard admiratif de Selah. Sans doute pensait-elle que son propre talent au violoncelle n’était que très secondaire. Cela ne l’empêchait pas de s’adonner à la musique avec une passion des plus profonde, intime, comme si elle pouvait exposer au monde ce que la bienséance lui dictait de taire. Dans son éducation étriquée, elle étouffait une immense soif de liberté qu’elle se savait incapable d’assumer seule.

Et tandis que les années passaient, Selah voyait son petit frère grandir, et surtout croire. Croire en cette maudite histoire qui ronge l’âme de ceux qui s’y rattachent trop. Serait-ce de voir leurs cousins se marier entre eux qui le confortait dans cette haine qu’il vouait au démon ? Ou son amour inavouable pour leur ancêtre ? Maria la Sainte, celle qui fut damnée par la volonté du Malin, et qui assuma seule les conséquences des actes d’un père monstrueux, au point de faire naître des enfants d'une union répugnante. Selah aussi grandissait. Et le démon qu’elle commençait à entrevoir était celui du mensonge et de la honte, caché derrière un mythe pour mieux se justifier.
Mais Isaïa y croyait avec tant de fermeté…
Puis les années emportèrent leur mère, qui décéda des suites d’une maladie plus tenace que les autres. Le destin était parfois cruel. Selah a tant pleuré, malgré ses quinze ans, elle ne pouvait affronter un deuil en gardant un masque d’impassibilité. C’était au-dessus de ses forces et elle ne pouvait que sangloter, en voyant leur père, face à une fenêtre, les mains croisées dans le dos, dépérir sans jamais osé montrer sa propre détresse.

Une détresse qui manqua de le rendre fou deux ans après la perte de sa femme. Une nuit de trop sans doute, l’une de celles où Selah pleurait dans son lit, en voyant sa famille déchue dépérir sans ne rien laisser paraître. Une nuit où il entra dans sa chambre pour l’agripper, lui arracher sa chemise de nuit. Elle n’osa pas crier, mais elle était terrorisée. Elle n’osa pas dire non, mais elle aurait voulu avoir la force de fuir. Elle n’a fait que détourner les yeux, choquée, acceptant lâchement cette malédiction inévitable. Mais son père se figea, réalisant son geste, il la laissa, blessée dans son âme, mais pas encore dans son corps. Sauvée…
Isaïa avait donc eu raison.

Jamais elle n’a osé en parler. La vérité n’est pas gênante si on l'omet. Elle avait pourtant hésité, mais la mort quelque jours plus tard de leur père l’obligea à garder le silence. Avec lui mourait la malédiction de cette génération. Selah était sauve, elle en avait la certitude. Mais… Et Isaïa ?

Il se retrouvait chef de famille, sous la tutelle d’un oncle aussi peu soucieux de ses neveux qu’il était fasciné par l’argent. Selah s’en moquait, elle avait Isaïa… Ou Ira, comme elle l’appelait bien souvent. Ira, le vigilant. Celui qui a dû grandir trop vite, qui a perdu son enfance pour assumer une famille qui ne méritait pas son attention. Une famille maudite et répugnante. Cette famille qu’elle ne pouvait se résoudre à quitter d’elle-même.
Alors il parla de son désir de partir, de fuir loin de leur région natale, d’aller chercher autre part ce qui leur manquait tant ici. Un souhait de départ qu’elle n’avait jamais eu la force de partager et qui subitement l’effrayait. Mais elle accepta, pour lui, et pour elle. Il fallait partir. Ira voulait chasser le démon, elle ne pouvait se résoudre à croire à une unique cause. Mais quitter le domaine familiale lui ferait peut-être prendre de la distance avec les vieilles légendes. Peut-être qu’il pourrait un jour les oublier pour simplement vivre. Et pour ça, il fallait partir. Comment refuser finalement ? Elle n’avait besoin que de deux choses : son frère, et la musique. Peu importe qu’il n’y ait pas de serviteur pour porter son violoncelle, elle le ferait sans rechigner. Isaïa ne la laissa même pas le porter, malgré ses oppositions. Il voulait veiller sur elle, comme il l’avait toujours fait…
Selah avait dix-huit ans.


‡°‡

Isaïa savait où aller. Il paraissait si déterminé qu’elle n’hésita pas à le suivre. Peu importe que la route soit longue, éprouvante, éreintante. Selah avait renoncé à la richesse dès les premiers pas hors du manoir à l’aube du départ. Ils avaient assez d’espèces pour vivre quelques temps, mais cela ne suffirait pas, Selah le savait. Elle ne se décourageait pas pour autant. Le départ avait fait revivre en elle des sentiments qu’elle pensait morts. Une envie d’exister, de se battre. Ce voyage l’avait rendue plus vivante qu’elle ne l’avait jamais été, même si la fatigue et la saleté laissait croire le contraire.
Jamais elle n’avait imaginé que la mer était si belle.
Sa main s’était agrippée à celle de son frère, comme craignant que ce décor idyllique ne soit qu’un rêve. Mais c’était vrai. Isaïa avait l’air si fier d’avoir atteint le monde dont il avait tant parlé. Et Selah était fière de ce chemin qu’il leur avait poussé à accomplir.
Mais plus que le décor, ce fut le peuple qu’ils rencontrèrent qui ravit Selah. Un peuple qui riait, qui chantait et dansait. Un peuple pour lequel seul le bonheur et la paix importait. C’était tout ce qu’elle avait toujours désiré pour son frère. Un paradis dans leur monde terrestre.

Selah s’adapta très bien à cette nouvelle vie. Tant pis pour la noble éducation, elle appris avec plaisir à coudre, à faire ses propres vêtements, à cuisiner, à nager dans cette mer si profonde, à danser sans retenue à la nuit tombée. Cette nouvelle vie, même dure, était juste parfaite. Le jour, elle découvrait des choses, riait avec les autres femmes, vivait, tout simplement. Et la nuit, à la lueur du feu, elle jouait de son violoncelle pour accompagner les danses, découvrant de nouveaux accords, plus vivants, jusqu’à-ce que ses bras ne répondent plus. Épuisée, elle souriait encore. Une communauté fantastique dirigée par un sage. Et voir Isaïa prendre goût à cette vie était le plus beau des cadeaux.
Rhapsode restait une énigme pour elle. Malgré bon nombre de discours, Selah n’y prêtait qu’une oreille curieuse et rêveuse. Elle laissait Isaïa se gorger de bonnes paroles, tant il en avait besoin. Des songes merveilleux pour oublier la malédiction, oublier la vengeance de Maria, oublier le démon Andréa. Un idéal de ciel clair, illuminé de toutes parts. Ils avaient tout ce qu’ils auraient pu désirer aux côtés des Korakais.
Mais le nom d’Andréa revint hanter Isaïa.

Elle avait entendu le discours de Rhapsode sur la destination magique, le lieu de toutes les merveilles. Un endroit meilleurs que ce bord de mer ? Selah n’y croyait pas. Isaïa prétendait y croire. Menteur… Elle savait qu’il mentait. Et pour la première fois depuis des années, elle voulu se montrer aussi déterminée qu’Ira. Elle parla, argumenta, chercha à pousser son frère à renoncer. A quoi bon se damner à poursuivre un mythe quand il était possible d’être heureux tout simplement ? Mais il ne l’écoutait pas. Plus encore qu’autrefois, la vengeance brûlait en lui. Une haine sourde et oppressante. Elle aurait tant voulu le faire céder, mais elle en fut incapable.
Que pouvait-elle faire si ce n’était le suivre ?
Il aurait besoin d’elle, elle le savait. Son violoncelle avec elle, elle n’osa même pas jeter un dernier regard à ce qu’elle avait considéré comme sa vie. Tête basse, elle suivit Rhapsode et son frère, comme une ombre qui perdait peu à peu la vie qu’elle avait retrouvée. Il fallait qu’elle tienne bon, pour lui.


Dernière édition par Selah Osterweil le 17.07.09 10:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-valides-f5/selah-osterwei
Selah Osterweil
.:: Reflet d'Etoile ::.

.:: Reflet d'Etoile ::.
avatar

Nombre de messages : 36
Âge du perso : 20 ans
Date d'inscription : 15/07/2009

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité:

MessageSujet: Re: Selah Osterweil   16.07.09 23:27

‡°‡

Andréa existait-il réellement ? Était-ce bien ce démon qui avait détruit la noble famille Osterweil ? Selah n’était plus très sûre. Elle croyait à la malédiction, mais doutait des raisons exactes de celle-ci. Pourquoi un être aussi mauvais aurait-il causé tant de souffrances si c’était pour fuir ensuite ? Il y avait une erreur quelque part, mais elle ignorait laquelle.
L’arrivée à Tsel fut quelque peu décevante. Où étaient les merveilles ? Selah n’y voyait que de la souffrance. A l’ombre de la Grande Déchue, elle ne savait plus quoi croire. Mais à défaut, elle savait quoi faire. Elle devait parler à Ira, le convaincre peu à peu qu’affronter une vieille légende était vide de sens. Pourquoi chercher à rencontrer des peines passées quand il pouvait simplement s’assurer un future heureux ? Ils pourraient retourner au bord de la mer. La vie y était dure, mais ils avaient tout ce dont ils pouvaient avoir besoin là-bas. Rhapsode avait un beau rêve, un songe merveilleux, mais qui n’était peut-être pas fait pour tout le monde.
Hélas, Isaïa ne l’écoutait pas. Elle essaya, longtemps, par petites phrases timides, de crainte qu’il ne finisse un jour par se détourner d’elle, exaspéré par ses tentatives. Il ne voyait plus rien. Rien que sa haine et la vengeance de Maria.
Maria… Aurait-elle voulu de cette damnation si longtemps après sa mort ?
Selah ne pu que cacher sa peur sous un sourire tendre, dansant à la nuit tombée, jouant de son instrument aussi. Espérant honteusement que peut-être la méfiance que soulevaient les Kokarais aurait raison de leur présence ici, et qu’ils repartiraient tous. Mais personne ne voulu renoncer, malheureusement.

L’existence des Étoiles parvint à la jeune femme. Une légende de plus ? Non, ils parlaient magie astrale, vœu. Et si les démons n’existaient pas ? Longtemps elle chercha sans oser poser de question la nature exact d’Andréa. Une Étoile. Son frère l’avait retrouvé semble-t-il. Selah en tira ses propres conclusions. Si Andréa était bel et bien une Étoile, alors il s’agissait d’un vœu, et non d’une malédiction. Et seul un humain pouvait faire un vœu. L’origine exacte du cauchemar de toute une descendance n’était peut-être pas due qu'à Andréa. De plus, parmi les rumeurs, elle appris que ces êtres fantastiques mourraient après leur œuvre. Si Andréa était toujours en vie, alors peut-être n’avait-il même rien fait. Une honte cachée derrière l’excuse d’un mauvais sort. Sa famille en venait à la dégoûter. Ils avaient bien fait de fuir, même si Isaïa poursuivait ses chimères.
Elle voulu lui parler de ses déductions, de ses découvertes, mais il n’écoutait toujours pas. Il suivait Rhapsode, nouait des liens avec des personnes de Tsel. Peut-être qu’il finirait pas renoncer de lui-même ? Selah n’insista plus, de peur de le perdre. Elle s’est aveuglée…

Mais il s’était déjà éloigné. Elle ferma les yeux, préférant nier l’évidence, préférant croire qu’il voulait juste passer du temps avec la jeune femme qu’il avait rencontré à Tsel. Une Étoile, d’après ce qu’elle a cru comprendre. Il passait du temps en sa compagnie. Un amour naissant ? Elle le souhaitait, mais ne pouvait s’empêcher de douter. Les yeux d’Ira mentaient quand il regardait l’Étoile.
Tout lui avait peu à peu échappé. Isaïa, sa propre vie… Jamais elle n'avait vraiment fait de choix pour elle-même, jamais elle n’avait pu ignorer les volontés des autres. Mais ce dernier choix, elle l’a fait librement, refusant de penser à son frère, pour la toute première fois.

C’était un soir comme les autres. Les Korakais dansaient, chantaient. Isaïa avait le même sourire tendre à son égard qu’à l’accoutumée. Et ce même soir, elle se surprit à croire réellement que tout pourrait être un jour oublié. Puis son frère disparu. Elle le chercha, autour du feu, dans la danse et les chants. S’était-il éclipsé avec l’Étoile ? Elle le souhaitait quelque part.
Et l’enfer commença réellement. Ce fut d’abord un étrange malaise. Le monde tournait trop vite autour d’elle. Selah tituba, son regard se voila, elle fut prise de panique, se sentant brusquement consumée de l’intérieur, comme si quelque chose se détruisait en elle. Un cri violent lui vrilla les tympans. Son propre cri. Et elle sombra.


Citation :

Il neigeait. Une neige grise qui recouvrait un sol vide. Il n’y avait personne, à part un jeune homme qui lui faisait face, un bandeau sur l’œil, ses cheveux roux. La noble eut un mouvement de recul.

Aides-moi.
Tu es…
Andréa.
Le démon…
…L’Étoile.

Selah ne su s’il lui fallait reculer d’avantage. La cause de cette légende était là, devant ses yeux. Alors pourquoi n’arrivait-elle pas à avoir peur de lui ? Il paraissait si… Différent de ce qu’elle avait imaginé. Une Étoile. Alors ce qu’elle avait entendu était vrai.

Il a souhaité Maria et tu la lui a donné ?

Ce n’était même pas une accusation, juste une question. Elle devait savoir ce qui s’était passé. Un besoin de découvrir le vrai, pour ne plus avoir à hésiter.

J’ai refusé. C’est le vœu de Maria que j’ai juré d’accomplir. Mais ce n’est pas encore fait.
Racontes-moi…

Combien de temps était-elle restée inconsciente ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Il lui a tout raconté. Tout. Son frère, la manipulation, la mort. Le silence était revenu autour d’elle. Quand elle ouvrit les yeux, elle vit Isaïa… Et n’eut plus pour lui qu’un regard d’horreur mêlé de crainte. Elle le repoussa, recula. Ce n’était qu’un étranger, un monstre. Encore confuse, perdue entre le songe trop réel et une réalité trop cruelle, elle hurla à l’assassin, au monstre. Elle ne le reconnaissait plus. Où était passé son tendre Ira ? Son petit frère adoré, volontaire, fort et surtout juste ? Le désespoir s’était emparé d’elle. Elle le fuit, et quitta l’ombre de la Grande Déchue sans un regard en arrière, abandonnant sa vie passée, son frère et son violoncelle pour aller errer dans les rues de Tsel, pleurant sans pouvoir s’arrêter. Il n’y avait plus que sa tristesse, et la voix d’Andréa. Ne pas flancher, se redresser. Et à défaut de s’abandonner comme elle l’aurait tant souhaité, elle choisit de ne plus être un fardeau. Jusqu’à-ce qu’elle trouve la paix, elle s’acharnerait à réparer au mieux les erreurs de son frère. A rendre les Étoiles heureuses, ou à mourir en essayant.

‡°‡

Citation :

A toi mon frère…
Puisses-tu un jour me pardonner d’avoir été lâche au point de ne vouloir affronter la vérité quand il en était encore temps. Je regrette de n’avoir pu ouvrir ton cœur à la réalité.
Pour l’amour de Maria, et pour son vœu, je vais suivre la voix de celui que tu appelle le démon. Et peut-être qu’un jour, quand j’aurais réussi, je pourrais me laisser mourir sous ta haine.

‡°‡

Aujourd’hui, Selah a rejoint les Sîns. Elle ne leur demande pas d’avoir confiance en elle, juste en Andréa. Elle entrevoit Dilmun dans ses songes, et la perspective de peut-être faire honneur à la mémoire de Maria. Mais ça va être dur, très dur. Heureusement, Andréa lui prête sa force, et elle peut parfois sourire, même tristement, en voyant ses lucioles émerger d'entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-valides-f5/selah-osterwei
Le Rêveur
"Pitiiiiééé, inscrivez-vouuuus !"

avatar

Nombre de messages : 602
Age : 27
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Selah Osterweil   17.07.09 10:29

Fiche validée ^^ Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Selah Osterweil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Selah Osterweil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This World - Selah Sue (Warren)
» PICTURES, SENSUAL, PINK ? le 20/06 vers 17h58
» you're the one that i want, 30.05 - 10:54

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Enuma Elish ::.

 :: .: Fiches des Personnages :. :: .: Fiches Validées :.
-
Sauter vers: