AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Promenade innocente

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Promenade innocente   12.10.07 22:17

Le manteau noir claque au vent comme un sombre étendard et dessine dans l'air des arabesques voilées qui se mêlent et se confondent avec les nuages obscurs qui dominent leurs têtes. Les miliciens patrouillent, et tous s'inclinent en de révérencieux salut lors du passage de l'être admiré, l'être honni... Son arrogance le drape tout autant sinon plus que le long vêtement orné d'une blanche fourrure qui fait ressortir d'autant plus la pâleur de sa peau, accentuée par les cheveux d'ébène volant en lignes chaotiques, en lignes erratiques qui se dessinent dans le tableau de ces vivantes ténèbres. Il s'arrête un instant, et contemple la ville que son aïeux a aidé à se relever et se construire au beau milieu des décombres d'un antique et prestigieux passé. Un air satisfait et supérieur vient conférer aux plis de ses lèvres un rictus méprisant, puis le doyen des Mearas se remet en marche. Le talon de ses bottes claque et résonne sur le sol, mais le bruit passe inaperçu parmi les clameurs qui émanent de la ville comme un bruyant fumet vulgaire échappé d'une marmite quelconque.

L'insupportable flagorneur répond à peine aux saluts qui lui sont adressés, et encore... il est généreux aujourd'hui, il se plie aux règles de la politesse au moins pour ses subordonnés. Pour la plèbe, il ne fera que l'accabler d'un souverain mépris, du dédain d'un chien qui a toujours une gamelle pleine quand ses pairs ont à peine des os à ronger... Le bruit d'un train se fait entendre, la gare est non loin... Encore des richesses dont la populace ne verra qu'une part infime. Pauvre gueux, dire qu'il y a longtemps il les aurait pris en pitié et aurait défendu leur cause... Mais cette époque est révolue, son grand-père, le seul qui, peut-être, parmi les nobles aurait agi pour l'épanouissement de tous est mort, et la victime indirecte de son trépas en cavale, certainement quelque part dans cette obscure cité. Il finira par le retrouver, ainsi que toutes ces damnées étoiles... Il les assujettira, il les asservira. Et à cette pensée un sourire pervers étire sa bouche froide et éclaire sa prunelle d'émeraude et d'or. Le serpent s'éveille et avec joie songe au moyen de trouver quelque victime à laquelle distiller le venin qui déjà emplit son palais, qui ne demande qu'à s'échapper pour aller tourmenter l'ouïe de quelque hère égaré... Ah, comme il aime soudain cette Cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   12.10.07 22:37

L’ange avait quitté depuis peu les bras réconfortant d’Ash’ pour aller
dégourdir ses jambes dans cette ville basse qui leur appartenait. Cette partie de la ville appartenait aux Sins et aux peuples, les nobles n’avaient qu’à bien se tenir en venant ici. Ils étaient protégés dans leur petit cocon mais hors de celui-ci parfois ils risquaient de se piquer… Elle marchait paisiblement, avec le temps ceux qui la connaissaient c’étaient habitués à la blancheur de ses vêtements et à la blondeur de ses cheveux d’or. Certains avaient peur de l’approcher quand Blue la suivait d’aussi proche. Les gens ne connaissaient plus vraiment très bien les animaux, Héléna se comptait chanceuse d’avoir été choisi par son ami, son gardien.


Elle marchait paisiblement, fredonnant des airs qu’elle avait inventés. Elle aimait entendre sa douce voix s’élever et embellir le bruit qui l’accompagnait tous les jours. Elle marchait sans vraiment se rendre compte d’où ses pieds la menaient. Bientôt elle entendit le train, la gare? Elle était déjà rendue si loin? Elle s’arrêta alors cherchant des yeux une branche sur le sol. Elle avait envie de jouer, peu importe le danger, s’il venait, elle saurait détaller telle la biche effrayée par un bruit trop soudain. Elle jouait donc à lancer la branche à Blue, Blue qui aimait autant jouer que protéger. Cependant elle n’avait pas vu se noble qui se baladait comme si le monde lui appartenait… Hélas le bâton volait déjà dans les airs, sa cible? La tête du jeune homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Re: Promenade innocente   13.10.07 2:55

Le membre arraché d'une vestale martyrisée, sacrifiée sur le bûcher des traîtres hérétiques, telle le spectre linéaire d'une fronde vengeresse tournoyait dans l'air apesanti de nocives et troubles vapeurs de ce lugubre encensoir où se consumment les hommes et leur bêtise, voltigeait, endiablée, vers le front de la tête pensante de toute cette sinistre mascarade, le doyen damné. Malgré son immortalité, il restait humain, et seul un réflexe esquissé tardivement lui permit de recevoir la branche, non pas à la frontière de la noire forêt de ses cheveux entremêlés par les doigts joueurs et habiles d'un vent facétieux et habile, mais sur le côté du crâne, meurtrissant sa blanche tempe qui malgré les siècles refusait obstinément l'arrivée de teintes neigeuses pour pâlir du duvet de la vieillesse ses mèches soyeuses. Furieux, sa fierté indignée drapée de la robe de l'outrage, l'arrogant Mearas se tourna vers le sujet de cette odieuse forfaiture, qui osait prendre le risque d'endommager son si charmant visage. Une jeune femme, drapée d'une blanche robe, dont le geste attestait la violence et démentait son apparente innocence, accusant des pratiques barbares sous couvert de naïfs jeux. Ses yeux embrasés par l'éclat d'une froide colère, le doyen, être intouchable, ne souffrait pas l'insulte qui venait de lui être faîte devant tous ses hommes réunis, et cachant sa rage que trahissait le reflet trop intense d'une prunelle dérangée par une lueur malsaine, ses pas le portèrent tout naturellement, mécanique irréfléchie d'automates, vers la source de ses dommages.

"Quelle impudence jeune fille! Qu'espériez-vous? Me lapider?"

La voix, presque persiflante, se fait lame glacée, moquerie dédaigneuse et hargneuse, avant de bien vite recouvrer ses teintes habituelles, envoûtantes mais pourtant dérangeantes.

" "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre"... ces mots, ils furent prononcés par un homme grand et bon. Qui êtes-vous pour attaquer votre semblable et blesser votre prochain?"

Odieux hypocrite qui cite la parole du Christ sans en penser un mot, qui aliène la pensée des sages pour t'en faire une arme ou un manteau, un rempart aux attaques verbales d'un monde trop prompt à souhaiter te déchoir du poste qu'il convoite et t'envie. Piteux humains! Vous vous montrez solidaires dans la tourmente et le malheur, mais combien d'entre vous auraient résisté à l'attrait et la perversion que bien souvent exerce et engendre le pouvoir?

Pour votre défense, il faut avouer qu'Ambroise, le vil, le cruel... l'infâme. Il faut avouer qu'il a choisi sciemment la voie du Vice lorsqu'il aurait pu à plusieurs reprises être sauvé... à chaque fois qu'un poème faisait battre douloureusement son coeur renié, à chaque larme d'autant plus amère qu'elle n'était point versé, délicat écrin transparent, diamant sublimé de douleur, ode de son désespoir contenu, du désespoir d'un être qui sombra dans l'oubli pour ne plus laisser à la place qu'un semblant d'automate, un masque figé incapable de se craqueler, toujours plus endurci à chaque épreuve que lui imposa la vie. C'est donc un être sans pitié qui faisait face à cette jouvencelle inconsciente du danger, cette jouvencelle traquée et qui se trouvait face au tyran instigateur de ces sinistres rafles, ce despote abject qui ne reculait devant rien pour accumuler toujours plus... toujours plus de pouvoir, toujours plus de puissance... toujours plus d'influence. Comme une drogue pernicieuse pour combler le vide de son existence, cette existence creuse au blason redoré à la feuille miroitante des faux-semblants qui cache comme un vêtement de misère aux yeux des passants le peu de pudeur qui reste à une catin famélique.

Est-ce cela qui empêche l'antique jeune homme de balancer à cette petit sotte, cette gourde les insultes bien senties qui tels des traits persiflants la gifleraient comme des lames au visage, écorcheraient son délicat duvet pour y planter leurs griffes, leurs crocs, lacérer la chair... Non, Ambroise, endort ta fougue, ton ardeur, tu as une image à préserver, des projets d'envergure, fait taire la bête tapie qui rugit et gronde, insatisfaite dans ton sein aliéné. Tu trouveras bien le moyen de créer une faille et t'immiscer, discret et rusé, tel un poison sournois dans le sang à contaminer... Alors souris-lui à cette gueuse, cette imbécile aux faux airs angéliques, endort sa méfiance sous la lie écarlate et brillante de l'essence qui paisible coule dans les veines paralysée par les beaux discours. Ne t'écarte pas de ton rôle, ne répare pas, du moins pas tout de suite l'offense qui en attaque végétale a volé à ton fin minois... Le moment viendra, propice, où tu pourras déployer tes maléfices et ta monstrueuse malice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   16.10.07 18:56

La jeune fille jouait, elle jouait et n’avait pas vu le doyen qui passait par-là. Le bâton déjà en plein vol, elle ne pouvait plus l’arrêter, elle n’était dotée d’aucun pouvoir qui empêcherait la branche de toucher le doyen. Elle grimaça en voyant la branche taper contre la tempe du doyen. Misère, la bêtise qu’elle venait de faire! Blue qui avait tout vu, accoura rapidement vers sa maîtresse car la bête sentait la colère du doyen, cette colère qu’il tentait d’étouffer. Le gardien reprenait son rôle de protecteur, personne ne toucherait Héléna en sa présence. Le presque loup fixait le doyen, la queue en l’air, l’échine redresser en position de défense, il attendait pour grogner et montrer les crocs. Dommage que le doyen en ce moment se montait un scénario qui rendait légitime toute cette colère et qui le mettait en position de pauvre victime…tout ce qu’il n’était pas quoi!

Elle l’observa s’approcher et le trouvant trop proche, sentant cette colère, elle préféra reculer d’un pas tout en écoutant l’homme s’adresser à elle.

"Quelle impudence jeune fille! Qu'espériez-vous? Me lapider?"

On pu voir la jeune fille se mordre la lèvre, ce n’était pas drôle, il ne disait pas cela en riant pourtant ce geste si innocent provoquait une si grande colère qu’elle trouvait sa idiot à souhait et presque drôle.

“ Oh non monsieur, je n’ai jamais pensé de telle chose…Je serais incapable de lapider qui que se soit…”

Par contre le reste du discours commençait à l’ennuyer, elle observait son interlocuteur sans vraiment l’écouter, elle n’était pas une jeune fille qui aimait écouter les sermons ni même les hommes qui se croyant si important se permettait de faire la morale aux autres.

" "Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre"... ces mots, ils furent prononcés par un homme grand et bon. Qui êtes-vous pour attaquer votre semblable et blesser votre prochain?"

“ à ce que je sache je n’ai jamais péché, ni la chair ni l’homicide ne m’ont jamais souillé donc peut être avais-je le droit divin de lancer ce ballon? ”

Elle le dit en soupirant, devait-elle vraiment s’expliquer? Elle jouait,
il était dans la trajectoire c’était des choses qui arrivaient couramment…Elle reprit alors, d’un ton doux, ce ton qu’elle incarnait parfaitement.


“ Je m’excuse monsieur si je vous ai blessé avec ce bâton, mais je jouais avec mon compagnon et je ne vous avais pas vu. Si j’avais vraiment voulu vous blessez, je ne serais pas rester ici après et je ne serais pas en train de m’excuser…”

Oui elle s’excusait, c’était la politesse non? Chose que l’on devait
faire quand on faisait une chose “mal” et qu’on le reconnaissait…Oui Héléna pouvait sembler si naïve, face au danger elle restait là, calme, innocente et douce. Qui ne veut que le bien, hélas cet homme n’arrivait plus depuis bien longtemps à distinguer le bien du mal qui l’habitait constamment. Ironie? Il se trouvait devant un être qu’il convoitait, l’étoile n’avait pas conscience de qui était cet homme, elle n’en avait cure… Il comptait se venger? Alors le temps nous montrerait cette dite vengeance qui dormait en le doyen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Re: Promenade innocente   16.10.07 23:56

Mon dieu, était-ce possible...?
N'était-ce que cela...?

Cette fille n'était elle qu'une simple petite gourde, qu'une écervelée au corps de femme mais à l'esprit d'enfant attardé? Le doyen, à la fois soulagé et méprisant ne peut empêcher un rire moqueur de s'échapper de ses lèvres pâles. Méprisable sotte, simple abrutie pas même capable d'interpréter correctement la parole du Christ... Ah oui, elle venait bien de la fange des bas-fonds, c'était indéniable! Personne n'est innocent en ce bas-monde, en-dehors peut-être des nouveaux nés... Mais peut-être était-elle suffisament inconsciente pour n'avoir aucun sens des responsabilités? A ce propos, n'est-ce pas Kant qui disait que l'on doit le respect à autrui en tant que personne morale...? Mais, si cette jeune fille n'avait pas le sens des responsabilités, et qui plus est n'avait pas de conscience morale, en quoi avait-elle droit à son respect?

Ah, quelle ironie! Ambroise, infâme fourbe, comme si tu avais jamais eu besoin de justifier à tes yeux tes propres crimes, assujetir à la raison tes actes les plus ignobles... Comment, après avoir piétiné du haut de ton égo surdimmensionné les miettes d'existences qui filaient en étoiles de feu devant tes yeux assombris par leur propres abysses, tu voudrais servir de la logique à cette innocente? Abstiens t'en, elle ne goûte en aucune manière à ce genre de discours... Tu la juges stupide, mais elle préfère s'amuser plutôt que penser, Penser au sens philosophique du terme... Allez, va laisse la vagabonder cette sauvageonne, elle ne mérite ni ton attention ni ton intérêt: tu as passé l'âge de surveiller les mômes et les éduquer à grand renforts de nobles pensées... Et tu y tiens trop à ce savoir, il est précieux, il ne faut pas le confier à n'importe qui. Juste à l'élite, leur donner les armes de combattre les élans véhéments de la misère, les cris de la plèbe, et abrutir cette dernière de travail, endormir leur intelligence et leur méfiance sous les distractions puériles. Un sourire mauvais naît sur les lèvres de cet abject salaud, alors qu'il s'imagine, lançant ce bâton et envoyant cette gueuse le rattraper pour le lui ramener, servile et soumise... Mais non, tu ne fais pas étalage de ta cruauté, pas en public du moins, n'est-ce pas vil hypocrite? Il faut conserver un semblant de noblesse et de dignité.


"C'est bon, va jouer plus loin... Et reviens quand tu seras capable de m'offrir une répartie intéressante... si tant est que cela s'avère jamais possible."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   17.10.07 2:40

Il la prenait pour idiote, pour sotte et stupide mais entre les deux qui
était en train de se faire avoir? Il suffisait à Héléna de jouer les idiotes et les innocentes pour ne pas à avoir à entendre cet homme s’indigner et pleurnicher sur sa noblesse bafouée. Il faisait un drame pour un bout de bâton. Les nobles étaient d’encore pires enfants que les vrais enfants, il faisait une crise pour un oui ou pour un non seulement Héléna ne voulait pas perdre son temps. Il prenait des grands airs et des mots “savant” pour paraître distinguer et éduquer seulement à quoi servent les grands mots sauf gonfler son ego? Héléna n’avait pas besoin de mot savant pour avoir confiance en elle, elle ne se cachait pas derrière la science, l’éducation ou la richesse, elle était vraie et elle l’assumait. Peu de personnes peuvent se considérer comme authentique mais Héléna l’était sauf avec ceux qui ne le méritaient pas. Elle soupire en l’imaginant dans son petit luxe, avec des serviteurs tous à ses pieds, soumis et docile. Il croyait cela d’Héléna? Pourtant Héléna n’était pas aussi docile, elle le paraissait, elle jouait avec cela. Si Ambroise était un masque, Héléna aussi pouvait en revêtir. Qui se faisait avoir en ce moment? Celui qui se croit supérieur et qui méprise? Ou celle qui ne juge pas et préfère connaître avant d’émettre une opinion? Dommage qu’il se fasse ainsi une représentation faussée du petit ange. À la phrase du noble elle ne pu s’empêcher de rire, il était pathétique après tous, tous les nobles l’étaient en se croyant au-dessus de tous, meilleur que tous…ils sous-estimaient leurs ennemies et bientôt ils en payeraient le prix.

“ Très bien monsieur mais laisser moi vous dire une chose, à vous croire meilleur et au dessus des autres, vous sous-estimez ceux que vous croyez inférieur et cela laisse une chance aux “inférieurs” de prendre le dessus sur vous…car votre jugement est faussé et faussera ainsi tous vos actes et pensés…C’est bien dommage pour vous moi je ne vous ai point jugé, je n’ai pas besoin car votre non-verbal vous trahit et me laisse parfaitement voir qui vous êtes réellement, votre masque tombe facilement lorsque vous agissez ainsi et c’est mauvais pour vous…pas pour nous…”

Nous…?

" Mais bon, Je n'ai pas l"intention de partir sur ce sujet là puisque je sais d'avance que vous possèdez une grande étroiture d'esprit et que vous êtes borné..."
(quel frais chier XD j'ai envie de le mordre sous-estimer ainsi ma petit Héléna. L'est pas conne ma Héléna
Crying or Very sad)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Re: Promenade innocente   17.10.07 4:36

"Tu es sourde...? J'ai dit: Reviens quand tu auras une répartie intéressante."

Mains dans les poches, Ambroise esquisse un sourire satisfait: la jeune fille perd ses moyens, elle se dévoile, et contrairement à ses dires le juge. La preuve: qu'étaient sinon des préjugés ses diatribes sur les nobles? Elle se croit authentique, elle se croit innocente? Grand bien lui fasse! Lui il se sait vil, il se sait souillé, il n'hésite pas à bafouer la liberté, salir les autres, les entraîner en prédateur suave dans son antre glauque, engloutir leur brillante âme en des marécages putrides, les enliser dans les tourbillons de sables mouvants et trompeur... Il ne sait d'où cette insolente tire ses opinions: rien dans ses précédentes paroles ne permet de le percer à jour. Veut-elle le déstabiliser en lui balançant à la figure ses méchancetés cousues d'a priori, opinion publique d'une banalité à faire pleurer...? On a dû lui gaver le crâne de ce genre de discours, jusqu'à ce qu'il n'éructe plus que cette bile poiseuse, et alors même qu'elle lui vomit son "bon-sens commun", le doyen enregistre des informations. Car c'est cette enfant qui lui en donne, contrairement à ce qu'elle croit... Oh, mais surtout ne la détrompons pas! Cette stratégie barbare de vouloir troubler l'ennemi en lui jetant au hasard des mots orduriers au visage ne marche plus depuis longtemps sur cet antique fourbe comploteur: il n'est pas un novice dans ce genre de jeux, au contraire, chaque jour, chaque nuit il s'en amuse. N'aurait-il suffisamment d'adversaires, il finirait par créer des intrigues contre lui-même afin d'égayer sa morne existence.

Mais reprenons: elle avait dit nous... Qui était ce nous? La plèbe? humm... possible. De toute façon ce ne devait pas être une organisation bien puissante pour avoir besoin de recourir à de tels alliés. Mais reprenons-nous: essaye de prendre son conseil au sérieux, infâme hypocrite, tente de ne point la sous-estimer... Peut-être fait-elle exprès de jouer aux idiotes...? Dans ce cas, son jeu d'acteur est ma foi fort excellent pour parvenir à te tromper si aisément. Supposons donc que tu aies face à toi une concurente de taille capable de déceler la moindre faille et s'y immiscer sournoisement, y glisser et s'y lover pour y injecter en bon serpent traître et rampant son venin purullant. He bien, il te suffira de rester prudent, la pauvre n'a aucun indice, aucune information en sa possession. Bien...

Elle te croit étroit d'esprit et borné? Revêt donc ce masque, surtout continue de la fourvoyer.


"Vous n'avez pas l'intention de partir sur ce sujet là dîtes-vous... Je dirais même que visiblement vous n'avez pas l'intention de partir du tout. Vous voulez peut-être tenter votre chance avec une joute verbale, tenter de remonter dans mon estime, enfin surtout la vôtre, en faisant preuve d'un tant soit peu d'originalité et d'éloquence...? Allez, aujourd'hui je suis grand seigneur et magnanime: je vous offre cette chance."

Parfait! Exactement le discours du noble imbu de lui-même, plein de superbe et de morgue! Ce n'est qu'un masque, mais cette présomptueuse croit que c'est l'être que tu es véritablement qui se cache derrière... Oh mais non, tu es bien plus machiavélique et retors très cher. S'il était si facile de te deviner, tu ne serais pas resté à la place qui est tienne durant des centaines d'années, siégeant sur ce trône et dominant la noblesse et la ville au mépris de l'honneur et les codes de l'ancienne chevalerie.

[Ah, désolé très chère, mais je ne fais qu'interpréter le personnage... Libre à vous de le haïr, vous ne serez certainement ni la première ni la dernière à le faire...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Promenade innocente   17.10.07 9:38

[désolée, désolée, pas pu résister xD]

Les murmures de la rue ont ronronnés, avec la fulgurance de l'éclair, la force du tonnerre et Sîn a écouté. Un chuchotement imperceptible, une suave mélopée qu'elle a entendu presque envoutée. La rue est son coeur, le siège de son âme, elles ne font qu'une et les blessures de l'une sont les plaies de l'autre. Au chant rocailleux de la rebelle réponds la mélodie de sa maitresse. Etrange osmose, union improbable, entité toute puissante en son royaume. La plainte l'accompagne de sa voix, susurrements qu'elle ne peut ignorer, bruissements familiers qui trouve leur jumeaux dans les limbes de sa conscience...

Le royaume est souillé, le vice a fait son entrée, il déploie déjà ses putrides tentacules sur l'immaculée. Elle le sait, elle le voit...Ash' ne tremble pas alors qu'elle foule sa terre, les ombres, soeurs grandies avec elle, la suivent et l'enlacent, dissimulent l'éclat d'or de ses cheveux qui ondulent, étouffent le son caverneux de ses pas, l'éclat sauvage de ses prunelles nuit s'envoile.

L'ange chatouille le diable, découvre en bouclier une innocence et une pureté convoitées pour la pervertion et Sîn marche doucement. Elle démasque le serpent qui siffle. Apparaître courronnée, nimbée de sa souveraineté sur la traitresse sinueuse serait une erreur. Les lèvres d'Ash' s'incurvent, se meuvent, prennent un pli serpentin et avant que l'ombre ne la dévoile, elle s'enivre, jette sur elle les voiles d'ivresse. Sa cheville se fait faiblesse, son regard trouble. La Reine devient catin saoulée, elle dissimule ses parures sous la crasse, cache son autorité, son ascendance sur ce royaume qui est sien. D'arrogante, sa démarche devient ondoyante. Ash' s'habille de péché et d'alcool. Sa voix abandonne son harmonie, se défait de sa peau de velours, elle est la voix rauque de la perdition, de l'errance...Ash' est la Plèbe avalie.

-Hey ! Hel' !..M...Ma..p'tite puce...

Ses pas s'alanguissent, vacillent, lui échappent alors qu'elle s'avance vers l'ange.

-T...tu...Tu s..sais que...que..que...Maman veut pas qu'tu promène toute...s...seule !


Ash' tousse, Ash' s'appuie lourdement sur l'ange, telle la silhouette enivrée qu'une main invisible a poussé vers les vices. Les orbes nébuleuses, envahies d'étourdis se posent sur le crotale anobli.

-S'...S'cusez là...M'sieur.

Enfermée dans sa cage de comédie, la tigresse rugit en silence, tourne et tourne devant les barreaux de sa prison, rendue muette par l'illusion. Ash' éclate d'un rire strident, habille ses gestes d'éloquence ridicule.

-J'es...J'espère que..qu'elle vous a p...p...pas embêté, hein ! L'est gentille ma p'tit puce.

Les feux nébuleux se détournent, se dérobent et plongent dans un regard innocent. Le voile de chimères se déchirent, une seconde, un instant infime dans le temps. « Sois prudente, petit ange de Sîn »....

-P'pa va..encore te f..fffiler une rouste...Y a fallut qu..qu..que j..je vienne te chercher...Putain, t'es chiante, j'ai du laisser...M..Marc..


Ses lèvres s'incurvent d'idiotie, de vin, et Ash' vacille encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-valides-f5/astride-etoile
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   19.10.07 3:08

"Tu es sourde...? J'ai dit: Reviens quand tu auras une répartie intéressante."

Elle sourit doucement, pourquoi sourit-elle alors qu’il essait de lui clouer son bec? Parce qu’elle trouve cela amusant, non pas le fait de parler dans du beurre avec ce genre de réponse mais seulement parce qu’elle le voix agir. Oh oui c’est bel et bien des préjugés mais le sait-elle? C’est ce qu’on lui a appris, et les nobles n’ont jamais dérogés à ce stereotype qui leur colle si bien à la peau…

Ambroise aimait entrainer les gens dans la déchéance? Dans son antre glauque, serait-il capable d’entrainer la petite Héléna? Allons savoir! Mais se risquerait-il à cela? Il enregistre les informations? Il commence à cerner Héléna? Mais Héléna n’est pas pareil avec tous le monde, elle n’est pas stable. Elle a tantot une personnalité X tantot une autre…Elle ne le destabilize pas? Mais est-ce vraiment le but d’héléna? Non elle ne parle que pour parler, elle ne cherche pas à blesser mais juste à s’exprimer. Héléna inconsciemment est une bonne actrice, elle ne sait pas l’effet qu’elle fait exactement aux autres mais elle n’est pas bête, si on lui prête attention elle est bien loin du cliché de la blonde idiote. Joue-t-elle au villain serpent? Joue-t-elle vraiment à se genre de jeu? Alors si elle le fait elle ne s’en rend pas compte…

"Vous n'avez pas l'intention de partir sur ce sujet là dîtes-vous... Je dirais même que visiblement vous n'avez pas l'intention de partir du tout. Vous voulez peut-être tenter votre chance avec une joute verbale, tenter de remonter dans mon estime, enfin surtout la vôtre, en faisant preuve d'un tant soit peu d'originalité et d'éloquence...? Allez, aujourd'hui je suis grand seigneur et magnanime: je vous offre cette chance."

Elle sourit en coin, elle sourit grandement, elle semble s’amuser du changement dans la façon d’être d’Ambrosio. Elle a influencé sur lui? Il rentre dans son jeu? En tout cas il change de personnalité…

Cependant l’ange sursaute violament à l’entrée de sa “maman”, elle ne comprend pas ce qu’elle fait, elle n’a jamais vu Ash’ ainsi… elle lui fait Presque peur. Elle l’observe, le seul sentiment qui se lit sur son visage est l’étonnement.

-Hey ! Hel' !..M...Ma..p'tite puce...

Elle s’approche titubante, qu’est ce qui lui prend? L’ange recule quelque peu comme si elle avait peur d’Ash’, elle ne comprend pas tout de suite.

-T...tu...Tu s..sais que...que..que...Maman veut pas qu'tu
promène toute...s...seule !


Maman? Pourquoi est-ce qu’elle dit cela…c’est elle sa mère, l’autre étant morte. Est-elle vraiment soul? Si elle l’est alors ne vaut-il pas mieux la laisser dans son délire. Pourtant elle se crispe un peu lorsque Sin prend appui sur elle, l’obscurité et la clarté se love. Pourquoi elle demande le pardon à cet homme? Pourquoi devrait-elle s’excuser pour l’ange? L’ange n’a rien fait! Ce regard, lentement l’ange se calme, elle semble même courber l’échine alors que tantot elle semblait prendre peur. Une rouste? Pourquoi se ferait-elle battre? L’ange ne dit mot, elle baisse son regard au sol entrant dans le jeu de Sin, elle dit doucement.

“ Je te suis Ash’…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Promenade innocente   19.10.07 13:35

Si la promenade est innocente, le promeneur, lui, est coupable dans la Ville Basse. C’est pourquoi il ne s’y rend jamais seul, escorté par des ombres bondissantes. Là haut, sur les toits, des soldats d’élite assurent les arrières et les devants du doyen. Parmi eux, Seu, dont les yeux sont rivés sur une jeune péronnelle qui vient de sceller son sort.

Il sait que le Patriarche n’en restera pas là, il est l’infortune de la vertue et il se délecte d’avance d’une telle prise.

Le chasseur plisse les paupières à l’entrée en scène de cette loqueteuse. Il reconnaît cette allure vacillante, cette femme étiolée. C’est la deuxième fois qu’il l’aperçoit en mission. Seu croit aux coïncidences mais le doute se fait très présent.

Son casque est directement relié aux lèvres d’Ambroise de Mearas, il attend son murmure injonctif.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Re: Promenade innocente   21.10.07 0:16

Le Tentateur lui-même était presque charmé ;
Il avait oublié son art et sa victime,
Et son cœur un moment se reposa du crime.
Il répétait tout bas, et le front dans ses mains :
« Si je vous connaissais, ô larmes des humains ! »

Ah ! si dans ce moment la Vierge eût pu l'entendre,
Si la céleste main qu'elle eût osé lui tendre
L'eût saisi repentant, docile à remonter...
Qui sait ? le mal peut-être eût cessé d'exister.
Mais, sitôt qu'elle vit sur sa tête pensive
De l'Enfer décelé la douleur convulsive,
Étonnée et tremblante, elle éleva ses yeux ;
Plus forte, elle parut se souvenir des Cieux,
Et souleva deux fois ses ailes argentées,
Entr'ouvrant pour gémir ses lèvres enchantées,
Ainsi qu'un jeune enfant, s'attachant aux roseaux,
Tente de faibles cris étouffés sous les eaux.
Il la vit prête à fuir vers les Cieux de lumière.
Comme un tigre éveillé bondit dans la poussière,
Aussitôt en lui-même, et plus fort désormais,
Retrouvant cet esprit qui ne fléchit jamais,
Ce noir esprit du mal qu'irrite l'innocence,
Il rougit d'avoir pu douter de sa puissance,
Il rétablit la paix sur son front radieux,
Rallume tout à coup l'audace de ses yeux,
Et longtemps en silence il regarde et contemple
La victime du Ciel qu'il destine à son temple ;
Comme pour lui montrer qu'elle résiste en vain,
Et s'endurcir lui-même à ce regard divin.
Sans amours, sans remords, au fond d'un cœur de glace,
Des coups qu'il va porter il médite la place,
Et, pareil au guerrier qui, tranquille à dessein,
Dans les défauts du fer cherche à frapper le sein,
Il compose ses traits sur les désirs de l'ange ;
Son air, sa voix, son geste et son maintien, tout change
Sans venir de son cœur, des pleurs fallacieux
Paraissent tout à coup sur le bord de ses yeux.
La vierge dans le Ciel n'avait pas vu de larmes,
Et s'arrête ; un soupir augmente ses alarmes.
Il pleure amèrement comme un homme exilé,
Comme une veuve auprès de son fils immolé ;
Ses cheveux dénoués sont épars ; rien n'arrête
Les sanglots de son sein qui soulèvent sa tête.

Fourbe, pervers, la lèvre qui s'étire sous ce funeste présage, cet auguste sourire, l'oeil qui ainsi qu'un sombre marécage se trouble et s'allume en réponse aux feux qui de l'azur des cieux obscurcis de cette éternelle nuit boit avec avidité le reflet éphémère des torches venues le tirer de son sommeil, l'éveiller de sa morbide pénombre alors que les hommes éclairent ses entrailles, plongent leurs rames, plongent leurs lames dans ses relents méphitiques, fendent sa surface lisse sous l'assaut de leurs frêles embarcations qu'en monstre patient il attend d'enliser et engloutir... Ces ténèbres qui voilent et drapent son coeur dans les plis de leurs rêveries macabres, ces ténèbres transparaissent dans son regard, paradoxalement plus brillant alors que sa cruauté le sort de son atavique torpeur.

"Messieurs... Bon jeu.
Elles sont toutes à vous. Si du moins elles ne vous rebutent trop..."

Ces paroles, qu'il laisse s'évader si facilement, si légèrement dans l'atmosphère en un murmure qui parviendra seul aux casques des chasseurs tandis qu'il regarde les deux femmes s'éloigner et s'apprête, encore une fois à frapper, lâchement, sournoisement, dans le dos comme toujours... Ces paroles vont peut-être sceller le destin de deux étrangères, deux parfaites inconnues qu'il se prend à vouloir poursuivre de ses envies sadiques, ses pulsions mauvaises et injustifiées tandis que ses hommes en un sinistre éventail se déploieront et s'abbatront en un coup de vent fatal et ravageur sur celle qui l'a exaspéré et celle qui eût l'incommensurable bêtise de l'enfanter, cette ivrogne qui le dégoûte mais n'est pourtant qu'un produit banal, un élément commun du décor local, une authentique pouilleuse, fruit de son ouvrage, surgie des bas-fonds pour y entraîner l'autre ribaude qui se croit de taille à le défier...

[Pour le poème, il s'agit d'Eloa de De Vigny... Je tenais à le mettre car il me semblait qu'il décrivait mieux que je ne saurais jamais le faire ce cher Ambroise. Je ne saurais trop vous recommander, encore une fois, de lire les vers de ce génie, ce talentueux poète! Ah, sinon, pour ceux qui se poseraient la question, le personnage ne lit pas l'oeuvre de cet artiste vénéré et révéré... Mais je ne l'ai pas présenté en italique car je le voyais plus comme une sorte de "préface", d'introductrion à ce qui suit...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Promenade innocente   21.10.07 0:49

Et Eve le suit.

Comment ? Combien ? Eve ne sait pas. Il n’est toujours pas intéressé. Eve lève les yeux, inutilement… Ses pas, ses jambes mouvantes sans qui leur ait ordonne quoi que ce soit sa seule distraction. Un sourire furtif passe sur les lèvres et le garçon se surprend à ne plus suivre le cours du temps. Non, Eve, attends un peu avant de filer dans ton monde. Et Eve attend. Il attend des bruits, des discutions, des mots qui passe dans son esprit et qu’il s’entend répéter inconsciemment. A quoi joue-t-il ? Comme à son habitude, il se moque de la vie qui grouille dans ce coin de ville. Ils ne sont pas comme lui.

Un léger vent souffle et entremêle ses cheveux. Ils passent devant ses yeux et Eve les tire un part un. Il se tait. Il n’a pas mal, il ne ressent pas cette douleur. Il n’avance plus. Il ne s’intéresse pas aux regards de ces gens qu’il aurait pu côtoyer. Ici, c’est un comme chez lui. Il ne les voit pas, tous ses passants si vivants qui s’amusent et rient, parlent et chantent. Qui sont-ils ? Que me veulent-ils ? Inconsciemment lorsqu’Eve lève les yeux il tombe sur de grands yeux verts d’un homme intrigué par son comportement. Il arrête ce jeu minable avec ses cheveux, il n’est plus intéressée et tant que le regard n’est pas partit, il se recroqueviller contre lui-même de façon presque imperceptible. Le problème, c’est qu’il n’avance plus, il gêne. Voila de quoi le gêner encore plus. Il ouvre la bouche comme s’il allait passer le cap et réussir à achever une parole… Mais c’est sans compter sur le choix d’Eve de ne jamais parler... Une obligation serait plus exacte. Eve ne sait pas parler, ou ne sait pas parler correctement. Et cela le gêne, le cloître sous un mur impénétrable. Il est muet, sourd, et aveugle aux autres. Il est seul.

Il voit ses autres coéquipiers s’arrêtaient. S’arrêtent-ils pour lui ? Un doute le prend. Une nouvelle fois, sous le regard qu’il sent –et à ce moment qu’il invente- se crispe un peu plus. Comme s’il était sous l’assaut de coups. Eve regarde. Ils sont arrivés. Voila pourquoi ce calme, et voila pourquoi il se sont arrêtés, voila aussi pourquoi il sent des regards, certes ceux-ci ne lui sont pas adressés mais il les sent tout de même aller jusqu’à eux et il en aurait presque mal. Et pourtant, son regard à lui les assène des mêmes coups, les pourfends de la même façon. Il est de tout façon déjà partit se recroquevillé dans son propre monde, dans ses propres lois, et il est Dieu.

Et puis soudain, le surprenant dans sa rêverie, il entend les quelques mots prononcés par le Doyen des Mearas. Rassurant il voit en ces mots une sorte de lois. Lois dicté par les autres sphères et auxquelles il croit. Aveuglément. Eve n’a toujours été que la cote de Dieu, les ordres de Dieu viennent donc d’autres parts, d’un autre lieu. Bientôt, il espère, il pourra lui aussi siéger au paradais mais en attendant, il cherche à obéir à cette divinité qui le délaisse peu à peu. Il protége la plèbe, il protége le peuple, il protége Adam.

L’homme, déjà n’est plus à l’écoute de rien. Il ne peut parler et reste donc muet mais une chose est sure, il profitera de son dû. Aussi, se défait-il lentement sur groupe afin de s’avancer vers les deux jeunes femmes. Mais à voir l’état de la femme, il n’y voit bientôt plus l’intérêt. Il ne s’agit que d’une enfant perdue, rongée par le vice. Une enfant à sauver. Et Eve d’un regard toujours aussi froid ne sait pas vraiment que faire. Il n’a pas envie de désobéir ni à l’un ni à l’autre. Un voile souille son regard. Il voudrait parler mais il ne peut pas. Leur dire comme il les voit, perdue dans les nymphes ‘une existence vouée à l’échec et à la mort. Ile ne sont pas Dieux que peuvent-ils espérés, il n’ont conscience de rien.

Et il s'arrête. Perdu.

Et Eve le sent.


[Je ferais mieux une fois que je connaitrais un peu mieux Eve ^^']


Dernière édition par le 21.10.07 0:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Astéride
.:: Chef Sîn ::.
.:: Chef Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 189
Âge du perso : 30 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Triangle Australe
* Pouvoir Astral *: Triangle d'Illusions
Particularité:
MessageSujet: Re: Promenade innocente   23.10.07 0:48

Douce enfant qui viens de dépouiller sa « mère ». Ash' ne dit rien, s'aveugle d'illusion, d'alcool et de vulgarité alors que l'ange viens de déchirer le voile de sa comédie. Le serpent n'a pas entendu, il n'a pas écouté. Crotale perdu dans les sphères de luxe que lui offre sa vie éternelle. La Reine serait idiote d'ignorer les traits presque juvéniles, oui, elle serait imbécile d'oublier ce que cache cette beauté presque innocente. Noble honni, despote qui écrasait la Plèbe sous son talon, un sourire presque absent au coin des lèvres. Un nom qui fait frémir, un nom qui déchaine la colère et la haine, un visage qui envouterait les vierges...Un Naja immonde qui siffle et ondoie en son royaume, Satan a pénétré l'Eden et charme.

-Y a interet a s'que tu m'suive, tite puce...P'pa m'a promis une sacrée volée si j'te ramène pas.


Encore le son aigue qui claque, cette voix rocailleuse d'une fumeuse invétérée, écrasée d'alcool. Ash' titube alors qu'elle entraine son ange...Mais la tigresse rugit et feule, elle abreuve la silhouette sinueuse d'agonie, elle crache devant sa face serpentine...En silence. Car l'heure n'est pas à la bataille, l'heure est à la comédie ! Naja se détourne et la féline sourit, cachée, dissimulée sous les parures miteuses d'une fille perdue.

Mais le sourire vacille, et le danger rôde. Elle le sent, elle sent les frémissements invisibles de son Royaume. La Rue tremble, oscille, elle entends ses murmures, ses plaintes, comme un chant mortuaire...

Il est devant elles, grand, imposant, sur de la loi qu'il représente. Ash' serre les dents, mais son regard s'habille de volupté. Doucement, elle pousse l'ange dans les ombres. Elle pousse l'enfant a chercher refuge dans les bras ténébreux de sa Mère. Catin, pute, garce...Elle est tout cela, son corps ondule doucement, invite à peine masqué. Ash' est femme sensuelle soudain, elle est femme facile, femme soumise et envoutante...La tigresse feule de contentement...Elle va jouer, elle va jouer la fuite de son ange.

-Rentre à la maison et..dis a p'pa que j'vais pas tarder...J'ai un joli oisillon a attraper...

La féline ronronne, sirène qui s'éveille et jette ses charmes à la tête du soldat. Ses bras deviennent voile ondoyant alors qu'elle les jette autour de l'homme, appel a la luxure teintée d'alcool, matinée de misère...Les limbes bleutées de ses prunelles luisent doucement, voile opaque, drap aviné...Sa main, si fine, si pâle vole sur une nuque...Le Triangle agit. Doucement, discrètement, telle l'araignée qui tisse sa toile d'éphémère...Il est invisible, il dors au creux de sa paume, pyramide d'illusion et de désir...Feu charnel qui envoutera l'homme sans qu'il ne puisse résister, il sera Ulysse séduit par les sirènes, il sera homme esclave de ses sens...Chimères et mirage, la Reine use de sa puissance noyée dans les apparences saoulées d'une putain. La féline rit, elle rit en silence car elle sait qu'il la suivra, charmé et soumis par les délices de la chair. Qu'importe sa volonté, il en sera ainsi.

-Mmmmh...Tant de force et de puissance....Dis moi, mon chou....Tu ne veux pas t'amuser avec moi ? J'peux être gentille t'sais...très gentille...


Piégé, il est piégé, il ne peut en être autrement car il ne saurait s'opposer aux mirages du Triangle. Elle l'entraine dans l'ombre sur une promesse luxurieuse....


[hrp : Utilisation des ramifications a savoir projection de triangles illusoires Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-valides-f5/astride-etoile
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   23.10.07 2:01

L’ange n’avait pas compris, comment pouvait-elle savoir? Elle n’était pas devin, ce n’était pas son don à elle. Loin de là même, elle était guérisseuse…Elle comprenait lentement, doucement…elle devait fuir, quelque chose ici était malsain, était-ce de ce noble qu’Ash’ voulait protéger l’ange? Sûrement qui d’autre?

-Y a intérêt a s'que tu m'suive, tite puce...P'pa m'a promis une sacrée volée si j'te ramène pas.

Elle hausse les épaules, elle suivra, docile petit ange. Ambroise part, il les laisse tranquille quoique pas si tranquille que ça. Des hommes sortent de “nul part” ils sont les chiens de garde du noble. Ils sont de ces êtres qui ne font qu’obéir. Ash ne peut protéger l’ange en ce terrain glissant. Elle doit la protéger elle avant tout car Ash’ sait se protéger seule. Que veulent ces hommes? Les punir? Leur faire mal? Soudainement l’ange pâlit, elle revoit des scènes…Flash-back douloureux, esprit confus, esprit qui se perd et qui mélange tout. Le passé devient le présent, le présent devient le passé. Il faut fuir bel ange, tout ton corps te supplie de partir, il ne peut pas subir cela encore…

L’ange se blottit contre Ash’ elle veut fuir, elle ne peut plus rester ainsi en place. Elle veut crier, elle veut hurler. Quelqu’un doit pouvoir empêcher cela, quelqu’un doit les punir eux, non elles n’ont pas à être punies. Maman…petite sœur…pourquoi les avoir punies? Pourquoi? Question sans réponse, réponse sans question…

-Rentre à la maison et..dis a p'pa que j'vais pas tarder... J'ai un joli oisillon a attraper...


Elle comprend, non elle ne cherche même pas à comprendre. Elle en profite, il faut fuir. Il ne faut pas que la boucle ce boucle…Elle a même oublié qu’ils sont plus qu’un…elle fuit. L’ange part rapidement, elle marche rapidement, le presque loup est partit. L’ange doit se protéger seule, elle doit fuir et c’est ce qu’elle fait. Ses pas l’entraînent loin mais est-il en train de la suivre, l’autre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Promenade innocente   23.10.07 11:15

Mode tracking. Le casque se ferme, le chasseur montre son visage carnassier.

Qui est ce type aux allures de pantin désarticulé ? Il porte l’équipement de l’Enkidu mais il attaque de front, seul. Un échange radio résonne dans les oreilles de Seu, l’un de ses équipiers interroge le chasseur au sol sur le canal principal. Attentif, il porte son regard de charbon sur la gracieuse gaffeuse, elle prend du champ, elle fuit.

Tous ses senseurs se braquent sur l’oie blanche. Alternant vision nocturne et infrarouge, il poursuit sa cible avec une facilité déconcertante. Un dard vient siffler aux oreilles d’Héléna et se fiche dans le béton. Elle ne peut plus douter, les autres sont sur ses talons.

Les ombres que jettent les immeubles se font plus pesantes, autour d’elle on étouffe la lumière, on resserre l’étau…
Revenir en haut Aller en bas
Héléna
.:: Sîn ::.

.:: Sîn ::.
avatar

Nombre de messages : 349
Age : 28
Âge du perso : 19 ans
Date d'inscription : 28/09/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *: Licorne
* Pouvoir Astral *: Guérison
Particularité:

MessageSujet: Re: Promenade innocente   24.10.07 17:03

[ L'action entre Héléna et Seu ce poursuit dans les rues...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/fiches-validees-f5/helena-etoile
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Promenade innocente   25.10.07 11:41

On lui a ordonné d'aller se promener.

Littéralement.

Le message a été glissé sous sa porte. On lui priait d'aller visiter les remparts. La grande porte, plus précisément. Elle ne s'est pas vraiment posée de question. Elle sait que le sens surgira en temps voulu. C'est sans doute l'un des aspects les plus motivants du travail proposé par l'Enkidu. La certitude de se retrouver confronté à une situation surprenante, inédite. Oh, périlleuse, souvent. Bien entendu. Où l'intérêt serait-il sinon ? L'essence de cette profession vient de là : les porteurs du germe sont non seulement inconscients mais également dangereux.
Il n'y a pas à craindre. Le travail doit être fait, le travail sera fait. Deliah ne fuit pas, ne fuit plus. Elle accomplit.

La voilà donc, qui s'approche des gigantesques vantaux. Déterminée, presque joyeuse. Des ombres s'approchent d'elle... un geste de la main. Ils reculent le long des murs, à la périphérie de la vue, dans leur monde. Elle est une lame de l'Enkidu. Ni bourreau, ni exécuteur. Pilier de cette société, parmi d'autres. La rapière qu'elle porte au côté de détonne pas, tant elle la porte avec naturel. Evidence, même.
Tiens ? Un petit groupe entre en collision avec l'Harmonie créée quelques instants. Il y a...

*Combien ?*

Elle ne parvient pas à les distinguer. Formes mouvantes et chatoyantes... Ils brouillent cette réalité, qui lui semblait à l'instant si fiable, si immuable. Elle en éprouve un vif agacement. Sans qu'elle y pense, sa main vient caresser le fourreau de son arme.
Non, il y en a un. Un qui n'est pas comme les autres. Immobile à cette distorsion, il observe. Frêle mais d'une solidité sans égal, Deliah le sent. D'où tire-t-il cette puissance, elle l'ignore. Quelle importance. C'est lui. Lui qu'elle devait rencontrer. Elle avance. Elle a choisi d'ignorer ce trouble, même s'il se trouve à présent à quelques mètres d'elle. Aucun intérêt. S'il le faut, s'il se montre dangereux, elle l'effacera. Un pas, l'autre.

Elle le reconnaît.

Ainsi, c'était donc cela. Bien entendu. Quelle est la raison d'être de l'Enkidu, sinon de servir une hydre sur le corps de laquelle reposent les fondations de ce monde balbutiant. Et il est sans doute l'une des têtes les mieux couronnées de ce monstre grotesque et majestueux. Légère, elle s'avance. Elle ne s'incline pas - à quoi cela servirait-il - elle se contente de faire part de sa présence, parce qu'il e faut, parce qu'il s'agît sans aucun doute d'un élément qu'il est important de rendre compte.

"Monseigneur Mearas."
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise
.:: Doyen des Mearas ::.

.:: Doyen des Mearas ::.
avatar

Nombre de messages : 289
Âge du perso : plus de 250 ans
Date d'inscription : 12/10/2007

Synthèse
* Constellation protectrice *:
* Pouvoir Astral *:
Particularité: Laissez-moi voir... connard suffisant et prétentieux? Habile manipulateur?

MessageSujet: Re: Promenade innocente   25.10.07 12:35

Les illusions, il les manie à sa façon, et ces petits tours de passe-passe de magicien d'opérette ne l'intéressent pas _les voit-il seulement? Il préfère sa rêverie macabre où dans un univers parallèle ce sont ces corps de femmes qui se tordent, qui se distordent, la douce mélodie rosée de ces chairs appétissantes qui devient dissonance stridente, musique faîte d'ongles qui crissent, s'accrochent et s'arrachent au contact du métal de ces coeurs rouillés qui ne savent plus pardonner, qui ne savent plus aimer... Mais quelque chose... Quelque chose le tire de ces bras de Morphée aux sombres et morbides caresses. Une présence, une voix, qui le ramènent à ce monde fade où il cherche à se distraire en transformant les autres en pions à bouger sur ce ténébreux échiquier. Cette pièce-ci fait partie des troupes qui se battent sous les mêmes oriflammes, les mêmes drapeaux où les nobles en infâme pirates pillent et sacages en toute légalité, sous couvert du blason de la magistrarure qui les sert, quand la justice, pied et poing liés ainsi que la dernière des catins croupit, souillée au fond d'un lugubre cachot. Les rats qui la reniflent et la rongent dansent tandis que le chat observe plus loin d'autres victimes à venir. Est-ce un fou? Peut-on être déraisonné et insensé tout en étant retors et tortueux, machiavélique et rusé...? Peu importe son origine, le Cheshire ou le comté du chapelier toqué, le gonfalon de son plaisir claque sous le vent d'un désir corrompu, fouette les infortunés qui viennent s'ériger en victimes de misère sous ses sinistres lanière, les drape de funèbres oripeaux et sous ces obscures broderies sépulcrales les ensevelit sous la lie amère d'un peuple en détresse... Puis l'oubli vient tout recouvrir sous l'orme de son ombre inquiétante, l'oubli qui a déjà momentanément gagné l'abri de la conscience du doyen aliéné pour soumettre à sa vue une autre proie, d'un tout autre genre, qu'éclaire les rayons d'un soleil nébuleux... Le sourire se transforme, l'incube improvise et s'adapte à ce retournement de situation inattendu, se fait courtois et charmeur.

"Jeune fille... Que me vaut le plaisir...? Une mission je suppose?"

Il ne la détaille pas... Pas si franchement, pas si insolemment alors qu'elle est face à lui, perfide! Il laissera son regard glisser, de formes en formes, songera au plaisir qu'il aurait, qu'il aura _car comment pourrait-il en être autrement pour un être aussi orgueilleux?_ à le muer en caresses... Mais de façon plus subtile, de façon plus sournoise, quand rien ne pourra le trahir, pas même un reflet dans un miroir... Ses prunelles se plantent dans ce magnifique regard roux, cet écho de cette chevelure qui n'est elle-même qu'un vermeil rappel des teintes les plus vives qui colorent les nuages lorsque se meurt le soleil, ce soleil qu'il n'a plus ne serait-ce qu'entraperçu depuis une éternité, ce soleil devenu désuet et révolu dans un monde où domine la détresse et l'angoisse... Un brasier qu'il se plairait, qu'il se fait fort de réveiller dans ce corps féminin qui pour l'instant a un je ne sais quoi de militaire et roide. Ah, les militaires... Parfois, ce sont les plus dominatrices. Certaines ont compté parmi ses plus intéressantes et habiles compagnes de jeux... Mais ne nous égarons pas. Non, c'est qu'il y a des objectifs, des impératifs... pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doomstars.forumactif.com/Fiches-validees-f5/Ambroise-Mear
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade innocente   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade innocente
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Promenade avec minidou
» Une Promenade sous le clair de Lune [PV Evangeline + Elyane]
» Petite promenade pour se détendre (libre)
» Promenade de digestion. (Pv Samia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doom Stars :: 

.:: Tsel ::.

.: Ville Basse :.

 :: Le Rempart :: Les portes
-
Sauter vers: